“Je me croyais trop vieux – au moins trop quarante-ans – pour faire de nouveaux amis”

[For correct and critical edition of this letter, see Mehew 5, 1769.]

To Auguste Rodin [Colvin 1912, p. 225]

Skerryvore, Bournemouth, February, 1887

Mon cher ami,

Je vous néglige, et cependant ce n’est véritablement pas de ma faute. J’ai fait encore une maladie; et je puis dire que je l’ai royalement bien faite. Que celà vous aide à me pardonner. Certes je ne vous oublie pas; et je puis dire que je ne vous oublierai jamais. Si je n’écris pas, dîtes que je suis malade — c’est trop souvent vrai, dîtes que je suis las d’écrivailler — ce sera toujours vrai; mais ne dites pas, et ne pensez pas, que je deviens indifférent.

undefined

RLS with quill pen, Bournemouth, late 1886 [http://robert-louis-stevenson.org]

J’ai devant moi votre portrait tiré d’un journal anglais (et encadré à mes frais), et je le regarde avec amitié, je le regarde même avec une certaine complaisance — dirai-je, de faux aloi? comme un certificat de jeunesse.

Auguste Rodin. Reproduced by permission of the Corbis Corporation.

Auguste Rodin (1840-1917) [www.notablebiographies.com]

https://i0.wp.com/collections.musee-rodin.fr/cache/1c5bb1e8-263b-4348-9cba-d7f207687357/S.02871_1.jpg

A. Rodin, Les Métamorphoses d’Ovide c. 1886 [http://collections.musee-rodin.fr]

https://i1.wp.com/collections.musee-rodin.fr/cache/74b17f89-c5b5-4d47-9683-6ecc4927511a/S.02020_1.jpg

A. Rodin, Invocation, 1886 [http://collections.musee-rodin.fr]

https://i0.wp.com/collections.musee-rodin.fr/cache/704e81ea-3fc3-43d1-ad6c-6301734dbee9/S.01116_1.jpg

A. Rodin, Psyché-Printemps or Nymphe surprise or La Source, c. 1886 [http://collections.musee-rodin.fr]

https://i2.wp.com/collections.musee-rodin.fr/cache/e9aa7146-8a3c-47e6-a4ca-133d22f4c724/S.00363_1.jpg

A. Rodin, Faune et nymphe, c. 1886 [http://collections.musee-rodin.fr/fr]

 

https://i0.wp.com/collections.musee-rodin.fr/cache/865d4896-fe2a-4d52-9387-7b6930dcceb7/S.03578_1.jpg

A. Rodin, Jean d’Aire, head, 1886 [http://collections.musee-rodin.fr]

Je me croyais trop vieux — au moins trop quarante-ans — pour faire de nouveaux amis; et quand je regarde votre portrait, et quand je pense au plaisir de vous revoir, je sens que je m’étais trompé.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/72/Rodin-cropped.png

Auguste Rodin (1840-1917) [https://upload.wikimedia.org]

Écrivez-moi donc un petit mot, pour me dire que vous ne gardez pas rancune de mon silence, et que vous comptez bientôt venir en Angleterre. Si vous tardez beaucoup, ce sera moi qui irai vous relancer. — Bien a vous, mon cher ami,

R.L. Stevenson

 

Salva

Salva

Salva

Salva

Salva

Salva

This entry was posted in Letters, Robert Louis Stevenson and tagged , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

1 Response to “Je me croyais trop vieux – au moins trop quarante-ans – pour faire de nouveaux amis”

  1. Pingback: Adam et Ève | Le journal de Joli Rêve

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.